Partage de mes connaissances sur le Vedanta – Bondage


L’étude de Vedanta enlève le voile et nous aide à reconnaître que je, le Soi, qui n’est pas affecté par la maya et ne veut pas que nous soyons comme un cocon, pris au piège de cette toile du samsara !

Jiva-Bhava

Le paramatman est déclaré dans le Vedanta comme illimité (espace, temps et objet) et dépourvu de différences (sexe, couleur, dimensions), mais la perception limitée de soi dans le Vedanta est appelée jiva-bhava. Je fais l'expérience du & # 39; Self & # 39; dans cette chair comme étant limitée par l’espace où je vis, le temps que je vis en référence à l’existence de mon corps et me considère comme différente des autres objets qui entrent en contact avec le monde extérieur. Cette perception est Jiva-Bhava dans le Vedanta.

Trois types de limitations

Vedanta déclare le & # 39; Self & # 39; comme nitya-suddha-buddha-mukta & # 39; c'est à dire. & # 39; Éternelle, pure, éveillée, libre & # 39; Ne pas comprendre, ne pas comprendre, ne pas se rendre compte de cela & # 39; en nous, la perception est limitée par l'espace (desa), le temps (kala) et l'objet (vatsu).

Limitation spatiale: Le & # 39; soi & # 39; est omniprésente mais dans un état d'ignorance, je dis que je suis à tel ou tel endroit, je suis au travail, je suis à la maison, etc. mais en réalité nous n'avons pas de frontières et nous sommes partout. Cette façon de se considérer comme un point dans le cosmos est une limitation spatiale.

Limitation temporelle: Le & # 39; Soi & # 39; est nitya, éternel – ne naît jamais et ne meurt jamais. Toujours à cause de l'ignorance, je limite le moi entre le moment où ce corps est né de la grossification de tanmantras et se dissipe dans les cinq éléments au moment de la mort. Cette perception de limiter un dans un laps de temps est une limitation temporelle.

Limite d'objectif: Le & # 39; Soi & # 39; en moi est la même chose que le & # 39; Self & # 39; en tout autre être et objet en dehors de mon corps physique. Le Soi si tout est omniprésent, Un paraissant autant mais en ne sachant pas cela, je me sens différent des autres objets du monde. La perception de se voir différent des autres est une limitation objective.

Trois types de différences

Notre esprit perçoit trois types de différences, également appelés bhedas en sanscrit. Elles sont:

Sajatiya-bedha, Vijatiya-bedha et Svagata-bedha.

Sajatiya-bedha: C'est la différence entre les objets d'une même espèce, comme un homme et une femme, entre deux hommes quant à leur taille, leur poids, etc.

Vijatiya-bedha: C'est la différence que l'esprit voit entre deux espèces différentes, comme un homme et un animal, et entre deux animaux, comme un rat et un chat ou un serpent et un lézard.

Svagata-bedha: Cela reflète la différence que l'esprit voit à l'intérieur d'un objet comme les bras, les jambes, les yeux et les oreilles chez un homme ou un animal.

Résultats de la servitude tels que décrits dans vivekachudamani

Sankaracharya décrit très clairement la signification de la servitude dans vivekachudamani.

1. Bondage est la notification qu'Atman est anatman: Atman est Sat-Cit-Anada (Existence- conscience-Bliss) et anatman est inerte (immobile) dans les trois états de sthula, suksma et karana sarira sans le soutien d'Atman. En raison de l'ignorance de la connaissance du "Soi". on a tendance à croire que l'Atman est un homme, c'est-à-dire que le Soi est un corps grossier, minoritaire et causal, ce qui conduit à la servitude.

2. Le servage provient de l'ignorance: cette incompréhension du Soi (ne réalisant pas la vraie nature du Soi) pour être le non-Soi (anatman) est le tadatmya qui est la cause de la servitude. Tout comme avec l'ignorance du moi éveillé, je rêve d'être moi-même un rêve, comme ce que je ne suis pas, de même dans cette vie, nous sommes tous dans un état de rêve sans connaître notre vrai Soi. Le & # 39; Self & # 39; est Sat-Cit-Anada mais nous nous accrochons à tout ce qui est périssable. En raison de cet attachement à l'impermanent, souffrez, chagrin et déception à la recherche du bonheur en eux lorsque nous sommes la source du bonheur.

3. Le servage est la cause de la naissance et de la mort: le Soi est toujours présent et n’a pas de commencement ni de fin, mais à cause de la mauvaise compréhension, nous projetons la naissance et la mort sur le «Soi». Nous faisons également l'expérience des plaisirs temporaires de la douleur et des plaisirs causant le cycle de la naissance et de la mort dus au fait de ne pas connaître la nature du vrai Soi.

4. En raison de la servitude, on considère le Soi comme irréel, le corps est réel et l’alimente: lorsque nous considérons ce corps comme étant réel, nous le nourrissons de toutes les manières possibles et nous devenons un serviteur des besoins de ce corps. . Ceci est un acte d’esclavage dû à la fausse idée que ce corps est réel et à l’ignorance de la nature du Soi. Ce corps est mithya- irréel, périssable et est un instrument pour faire l'expérience du monde, purger les papas et se rendre compte que le "Soi" est réel, toujours présent, Bliss.

5. A cause du Bondage, on devient lié comme un ver à soie dans son cocon tissé par son propre fil: L'individu devient lié au samsara (maya) en créant son propre esclavage parce qu'il croit que l'anatman est l'atman. Il compare métaphoriquement la vie d'un humain à celle d'un ver à soie, qui se lie à son cocon en créant la toile avec sa propre salive. Une fois le malentendu que je suis le corps se pose, alors nous avons tendance à répondre aux multiples demandes de ce corps, conditionnées par lui, et toute l’énergie, l’intelligence et les capacités s’entravent et ne parviennent pas à s’épanouir pour s’exprimer complètement. (Tout cela est dû à l'ignorance du "soi" et à la mauvaise interprétation du non-soi d'être "soi-même")

Caractéristiques de & # 39; Baddha & # 39; comme décrit dans Jnana-sara

Une personne sous l'emprise puissante de l'esclavage est appelée "baddha". ou une & # 39; personne liée & # 39; Swami Tejomayananda dans sa composition "Jnana-sara".

Il définit un baddha comme suit: "Celui qui possède l'identification au corps, les attachements aux objets, l'acteur aux actes et le sens de la réalité de ce monde est seul lié et toujours malheureux".

Une analyse plus détaillée détaille un baddha

– la personne liée pense et parle uniquement à l'égard de l'anatman, en particulier lorsqu'il se sent immobile du fait de son grand âge, incapable d'entendre ou de voir parce qu'il ignore le Soi et s'identifie à son corps physique, à son esprit et à son intellect. # 39; Soi & # 39 ;. & # 39; Self & # 39; ne manque de rien. Le Soi est entier, permanent, toujours présent, toujours l'existence, Bliss.

– la personne liée évalue ses progrès uniquement en termes de confort matériel. De telles personnes prient le Seigneur pour leurs gains matériels. Avec l'idée que les objets du monde leur donnent du bonheur, ils sont empêtrés dans l'esclavage. Tous ces biens matériels sont périssables avec une existence éphémère. Ils ont tous un début et une fin et sont donc impermanents.

– est lié par le sens du faiseur. Puisqu'il s'identifie avec le corps, l'esprit et l'intellect, il sent que le Soi est l'auteur de tous. Il pense que l'ego est le Soi et répond donc aux besoins de l'ego à travers tous ses désirs et actions. Cela aggrave son cycle de naissance et de mort. Le corps, l'esprit, l'ego et l'intellect ne peuvent pas fonctionner sans le pouvoir ou l'illumination du Soi divin en chacun de nous. L'anatman tout entier existe dans le paramatman toujours omniprésent.

– Un autre personnage est que le baddha considère le monde comme étant réel, avec les joies et les peines du monde (hauts et bas des expériences). Si seulement il réalisait que le monde est irréel et maya, il serait en équilibre et ne serait ni ravi ni malheureux à chaque expérience. Swamiji affirme que le chagrin est le symptôme de l'ignorance et de la signature même de la servitude.

Le & # 39; Self & # 39; présent en chacun de nous n'est ni l'auteur de l'action ni celui qui l'apprécie. & # 39; Self & # 39; aussi appelé & # 39; Atman & # 39; est le simple témoin. L'ego est celui qui fait et jouit. Nous devons réaliser le soi toujours présent, éternel & # 39; cela anime ce corps. Sauf que ce & # 39; Self & # 39; tout est temporaire.

Vedanta ne dit pas que vous ne devriez pas aspirer à la richesse, mais suggère de ne pas être gourmand et d'être attiré par le gain matériel, car il ne s'agit que de temporaire. Souligne plutôt de reconnaître la présence de soi éternel. en nous et de rester ferme à la & # 39; Self & # 39; seul pour une paix intérieure cohérente alors que nous interagissons dans ce monde éphémère.

L'homme de la sagesse a toujours conscience que le monde est irréel et il n'est affecté par aucune des choses qui se passent dans le monde. Il est fermement enraciné, fait partie du monde et pourtant séparé des situations du monde.

Mon père, qui occupait un poste très élevé dans une banque fédérale, m'a dit une fois et les mots résonnaient encore dans mes oreilles: faites simplement votre devoir et n'attendez rien en retour. C'était un homme de sagesse.

J'aime la déclaration de Swamiji Chinmayananda, "Ne prenez pas la vie au sérieux". Si vrai !!


0 Comments

Laisser un commentaire

Choisissez un format
Article
Texte avec visuels (image, vidéo...)
Video
Vidéos Youtube à intégrer...